Une histoire recurrente

Une histoire sans cesse renouvelée, qui inspire toujours. "ArsKrippana: C’est le foyer de tous les crèches à Losheim / Eifel, sous le firmament brillent les mini-étoiles, de loin cela sonne comme un ange.

Représentations sociocritiques à l'ArsKRIPPANA à Hergersberg-Losheim / Eifel.

Noël est le temps de la Nativité. Et à ArsKRIPPANA à Losheim, on présente principalement des œuvres magnifiques et monumentales venant de plus de 50 pays.

Mais les organisateurs de l'exposition offrent aux artistes également un espace qui traite de manière critique Noël et notre société, ainsi que des crèches socio-critiques. Parmi d'autres, celle de Mme Marie Thérèse Jung de Mönchengladbach.

Cette artiste est entrée dans un nouveau territoire durant les années 1980 et elle n'a pas seulement reçu des éloges pour son engagement critique.

Avec elle, la crèche n'est plus la vision apaisante d'un enfant couché sur de la paille, mais une représentation socio-critique dans laquelle elle examine le mode de vie de notre société actuelle.

Ses œuvres soulèvent des questions et obligent le spectateur à réfléchir.

Il représente différents éléments liés à notre système économique et social actuel.

Il convient de noter en particulier, une œuvre d’art âgée de plus de 25 ans qui est malheureusement plus pertinente que jamais.

"Le berceau de la paix"

Ici les fléaux de notre société prennent forme dans les différentes figures.

Vous voyez un travailleur qui est déprimé parce qu'il a été licencié.

Puis une famille déchirée: les enfants ne se promènent nulle part, ils ne sont ni à l'intérieur ni à l'extérieur. Ils se sentent seuls parce que leurs parents se séparent. La mère n'a que l'esprit d'errance et de shopping, et le père semble stressé par son travail et la nécessité de gagner de l'argent à tout prix.

La pauvreté du tiers monde ne manque pas: on voit une femme assise, elle est mère et elle a perdu son enfant car elle n’avait pas assez d’argent pour la nourrir.

Juste à côté, un homme costaud avec un cigare, il doit tout avoir, il détruit les forêts vert émeraude et ne connaît aucun scrupule. Il piétine l'autre pour réussir.

Pour lui, seul le profit compte. Poussé par la pure soif de pouvoir.

Et puis, au milieu de la présentation, des enfants de différentes ethnies et cultures qui sont heureux de jouer et satisfaits.

C'est ici que l’espoir est présent et offre la perspective d’un avenir plus pacifique.

Vous voyez des souches d’arbres, sources d’une nouvelle vie, qui nous rappellent nos origines: la Terre nourricière!

Puis le mélange culturel: nous sommes tous des frères issus d’une même famille. Les enfants - de différents pays - se sont tous réunis et ont joué avec un serpent.

On se demande pourquoi ils jouent avec un serpent.

Cet animal symbolise pourtant le mal.

Oui, c'est vrai, mais ici la perversité n'a plus de pouvoir!

Les enfants sont libres, ils jouent complètement insouciants avec l'animal prétendument mauvais, comme l'a dit le prophète Isaïe dans l'Ancien Testament:

"L'enfant va jouer avec la vipère à motifs, emmenant le petit enfant avec sa main dans le trou de la loutre" (11-8).

Et puis vient la paix: Jésus-Christ est né et son père, Joseph, libère le monde. Il enlève les fils de fer barbelés de la terre, la cupidité, le vil, il les libère du mal. Joseph représente tous les pères qui devraient changer le monde pour protéger leur famille.

Ce n’est là que l’une des représentations critiques spéciales que l’on peut voir dans l’exposition.

Un autre berceau atypique dénonce l'armement exagérée.

"Le rêve des anges."



Ici aussi, l’artiste Berta Kals d’Aachen, qui malheureusement s’est déjà éteinte, tente de faire passer un message et ne se limite pas à la simple considération.

Les armes deviennent des instruments de musique qui produisent une mélodie céleste dans le rêve des anges. Le texte écrit du mari de l'artiste complète l'ensemble et invite le spectateur à réfléchir à Noël, symbole de la paix.

"Les fusées SS et Pershing-2 deviennent, dans le rêve des anges, un banc pour la mère

et un berceau pour l'enfant divin.

Les fusils, dans le rêve des anges, deviennent des flûtes et

jouets pour enfants.

Les chars, dans le rêve des anges, deviennent des organes sur lesquels on

peut jouer les articulations de Bach.

Les canons, dans le rêve des anges, deviennent des violoncelles sur lesquels on joue des morceaux de musique.